Accueil > Campus > Cours de bricolage en ligne > Comment gâcher du mortier à la main ?

Comment gâcher du mortier à la main ?

Niveau Débutant
Comment gâcher du mortier à la main ?

Le gâchage à la main s'envisage pour les petits travaux de maçonnerie : jointoiements, scellements, réparations ponctuelles... Le travail se fait à la pelle, de préférence dans un bac à gâcher ou, pour de petites quantités, dans une auge à l'aide d'une truelle. Le choix des matériaux nécessaires au mélange, mortier ou béton, dépend des caractéristiques esthétiques et mécaniques de l'ouvrage.

Télécharger la fiche

1 Composition du mortier et du béton

Le mortier
Le mortier
Le mot « mortier » recouvre plusieurs fonctions : appareillage de briques, parpaings ou pierres, jointoiement, enduisage, chape, etc.

Pour le confectionner, on utilise un liant, du sable et de l'eau. Le liant peut être du ciment, de la chaux ou un mélange des deux (mortier bâtard).

Bon à savoir : La granulométrie du sable de construction varie selon le rôle que doit jouer le mortier (ou le béton).
Le béton
Le béton
Le béton est destiné aux ouvrages de maçonnerie exigeant une plus grande résistance. Pour cela, le sable est associé à du gravier saillant aux arrêtes vives.

Le béton utilise principalement le ciment comme liant. L'usage de la chaux est surtout réservé à certains types de dalles isolantes et légères.

Les ciments courants conviennent à la plupart des travaux de construction.
Quel dosage ?
Afin d'éviter toute confusion, les proportions sont indiquées en litres pour chaque ingrédient. Ces dosages se basent sur les valeurs spécifiées par les DTU et les règles professionnelles. Différents paramètres (porosité du support, température ambiante...) peuvent conduire à les modifier pour obtenir la consistance désirée.

Astuce : Pour vous simplifier la tâche, utilisez toujours le même récipient : à cet égard, un seau de maçon gradué s'avère particulièrement pratique.

Les bons dosages
Types d'ouvrages Ciment (en L) Chaux (en L) Sable (en L) Gravier (en L) Eau (en L)
Béton de fondation 300 kg/m3 135 -- 515 (0/5) 770 (5/20)* 145
Béton de propreté 150 kg/m3 70 -- 570 (0/5) 800 (5/20) 85
Béton de scellement (clôtures, regards...) 250 kg/m3 115 -- 600 (0/5) 725 (5/20) 125
Béton armé (dalles, linteaux, poteaux...) 350 kg/m3 160 -- 500 (0/5) 800 (5/20) 170
Chape lisse 400 kg/m3 180 -- 400 (0/2) + 800 (0/5) -- 195
Mortier de pose parpaings 300 kg/m3 65 -- 250 (0/5) -- 32,5
Mortier de pose briques 400 kg/m3 35 35 135 (0/2) + 34 (0/5) -- 35
Mortier de pose pierres 250 à 450 kg/m3 (selon dureté) -- 71 120 à 180 (0/2) -- 50 à 150
Enduit 3 couches traditionnel :
  • gobetis, ép.3 à 5 m
  • corps d'enduit, 15 à 20 mm
  • finition, 5 à 7 mm
  • 60
  • 60
  • 30
  • --
  • 60
  • 30
  • 180 (0/2)
  • 460 (0/5)
  • 210 (0/2)
  • --
  • --
  • --
  • 60
  • 120
  • 60
* Granulométrie, densité 1/6

Bon à savoir : Le sable est généralement livré humide. Aussi, ajoutez 15 à 20 % au volume de sable sec indiqué.

2 Le mélange à sec

Verser dans l'ordre
Verser dans l'ordre
Pour faire du béton, commencez par déposer les gravillons dans le bac à gâcher.

Versez dessus la quantité de sable nécessaire, puis le ciment. Pour rappel, si vous préparez du mortier, pas de gravier !
Bien mélanger
Bien mélanger
Brassez le tout à la pelle, longuement, jusqu'à ce que le mélange prenne une teinte grise uniforme.

Pour assurer une parfaite homogénéité du mélange, déplacez le tas deux ou trois fois.

3 Le mouillage

Verser l'eau
Verser l'eau
Avec la pelle, creusez un cratère au sommet au tas.

Pour commencer, ne versez dans le cratère que les deux tiers du volume d'eau nécessaire au mélange. Mieux vaut rajouter de l'eau par la suite que de détremper le béton.
Imprégner le mélange
Imprégner le mélange
Faites ébouler les bords intérieurs du cratère dans l'eau avec le dos de la pelle (c'est plus facile).

Retournez les pelletées de façon à bien mouiller le mélange. S'il vous paraît trop sec, arrosez-le avec un arrosoir mais sans excès.

4 Le malaxage

Obtenir la bonne consistance
Obtenir la bonne consistance
Brassez le mélange en versant progressivement le reste d'eau, pour bien la répartir.

Coupez le dessus du tas avec la pelle en formant une succession de boudins.
Répétez l'opération plusieurs fois, en remouillant un peu si nécessaire.
Une fois le béton arrivé à bonne consistance, versez-le dans l'auge ou la brouette et utilisez-le dans l'heure.

Astuce : Un bon béton reste souple mais ferme. Pour évaluer la consistance, les maçons ont coutume de faire un pâté (comme les enfants à la plage). Si le mélange reste ferme après une dizaine de minutes, il est bon à l'emploi. S'il s'effondre sur lui-même, c'est qu'il est trop humide. Dans ce cas, rien de perdu : on peut rattraper le coup en ajoutant du ciment, du sable et du gravier (dans les proportions requises).

Bon à savoir : Un bon mortier est souple et onctueux. Convenablement humidifié, il se lisse et l'eau remonte à la surface lorsque l'on passe le plat de la pelle dessus.

Matériel nécessaire

Découvrez les cours concernés par ce sujet

Appelez nos spécialistes 7j/7 de 8h à 19h

Une question, un conseil ?

Assitance téléphonique : 0 810 634 634