articleterrasseEtJardin/v3/p/idees-conseils/tout-savoir-sur-la-recuperation-d-eau-de-pluie-l1308216469|Conseils et astuces pour comprendre l'intérêt de récupérer l'eau de pluie et les quantités récupérables.|/multimedia/184003842/idees-conseils/arrosage-recuperation-eau/tout-savoir-sur-la-recuperation-d-eau-de-pluie/intro-recuperateur-eau.jpg

Idées et conseils / Terrasse et jardin

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami
  • Envoyer cette page à un ami

    Vous allez envoyer cet article à un ami ?
    Leroy Merlin vous propose de le diffuser à tous vos amis sans y passer plus de temps !

    *Champs obligatoires

    Séparez les adresses par des virgules

    Mentions légales
    Conformément à la loi "Informatique et Liberté" 78.17 du 6 janvier 1978, le client bénéficie d'un droit à l'information, d'un droit d'accès, d'un droit d'opposition, de rectification et de suppression sur les informations nominatives recueillies à l'adresse suivante :
    SA LEROY MERLIN France
    La Voix du Client
    Rue Chanzy
    59260 Lezennes

    Envoyer cette page à un ami

    Page "décoration du mur"

    Un email a bien été envoyé à :

    Vous allez également recevoir une copie de cet envoi sur votre adresse mail

    Fermer
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Ajouter aux favorisAjouter aux favoris
Retour aux contenus comprendre du Centre de documentation

Arrosage, récupération eau

comprendre : Tout savoir sur la récupération d'eau de pluie

Alors que notre consommation d'eau ne cesse d'augmenter, le prix de l'eau potable du réseau est de plus en plus élevé tandis que nos ressources en eau, elles, se font de plus en plus rares.

Récupérer les eaux de pluie : raisons économiques

Zoom338

Prix et consommation

  • Depuis quelques années, le prix de l'eau ne cesse d'augmenter tandis que nos besoins en eau se font de plus en plus importants.
    Le budget d'un foyer de 4 personnes oscille aujourd'hui entre 380 et 538 euros par an.
    Le prix moyen du m3 est de 3,05 euros. Il dépasse même 4,47 euros dans certaines régions. Il est en constante augmentation.
    Et d'ici l'année 2010, on annonce une augmentation du prix de l'eau de 10% par an minimum.
  • Nous disposons d'eau à volonté dans pratiquement toutes les pièces de la maison.
    Imagine-t-on que ce confort ne date que des années 1960 ? Cette facilité a rapidement conduit au gaspillage.
    La consommation d'eau par habitant en France a été presque multipliée par trois entre 1960 et 2000, soit de 150 à 300 litres d'eau par jour et par personne.
    Aujourd'hui nous nous baignons, nous arrosons pelouse et jardin, nous lavons notre voiture ou remplissons nos bassins à grand renfort d'eau potable.
    En France, dans certaines régions, la ressource en or bleu se raréfie, notamment en période de sécheresse.


Solutions pour éviter de gaspiller


État des lieux

  • 190 litres pour laver la voiture.
  • 120 litres pour le lave-linge.
  • 17 litres par m² pour arroser le jardin.
  • 11 litres à chaque fois que l'on tire la chasse d'eau des WC.

La marge de progrès est importante. Entre une famille qui "fait attention" (et utilise de l'eau de pluie pour arroser le jardin) et la famille moyenne, la consommation peut varier du simple au double.

Dans une maison, en moyenne, 20% de l'eau est gaspillée. S'il y a des fuites sur la canalisation, cela représente une perte de 150 m3/an.
De même pour une fuite sur une chasse d'eau et pour un robinet qui fuit au goutte à goutte (90 litres d'eau par jour).

Il est pourtant relativement facile d'en économiser de grandes quantités. En prenant l'habitude de fermer le robinet, il est possible d'économiser.

  • 10 litres d'eau pendant le brossage des dents.
  • 30 litres d'eau pendant le rasage.
  • 120 litres d'eau pendant la vaisselle à la main.


Récupérer les eaux de pluie : raisons écologiques

Préserver les ressources en eau

  • Économiser l'eau permet donc de ménager les nappes phréatiques qui alimentent nos réseaux, tout en faisant de substantielles économies.
  • À terme, cela limite les volumes d'eaux sales à traiter, donc les investissements à réaliser par la collectivité, et les volumes de déchets de stations d'épuration (boues) dont l'élimination est problématique.
  • Si les ressources en "or bleu" deviennent de plus en plus précieuses, c'est aussi parce que la pollution aquatique ne cesse de s'aggraver.
  • Même si l'industrie et l'agriculture ont réalisé des efforts considérables ces 20 dernières années pour réduire les effluents déversés dans la nature, un grand chemin reste encore à parcourir.


Utilisation et atouts de l'eau de pluie

  • L'eau du réseau potable en France est généralement de très bonne qualité. Elle subit les traitements adéquats.
    L'eau de pluie n'est, elle, pas potable telle quelle mais elle peut toutefois, dans un réseau secondaire, servir pour de nombreuses utilisations : toilettes, arrosage, lavage...
    On peut également la stocker pour l'employer ultérieurement.
  • La meilleure eau d'arrosage est celle qui tombe du ciel. Elle est bénéfique pour l'environnement, tout en ne mettant pas à contribution les nappes phréatiques, ce qui est précieux en période estivale.
  • Outre l'économie qu'elle procure à terme, l'eau de pluie est bénéfique puisqu'elle offre l'avantage d'être non calcaire.
    L'utilisation d'eau de pluie dans un lave-linge donne à la lessive un pouvoir lavant supérieur, ce qui permet d'en diminuer les doses ; les adoucissants sont alors inutiles. En effet le calcaire s'incruste dans les fibres des tissus et les rend cassantes et on estime que le linge s'use 30% plus vite.
    L'eau calcaire, appelée également eau dure, s'attaque aussi aux appareils électroménagers en déposant des couches de tartre qui, lors de la chauffe, provoquent des encrassages, fuites, déperditions d'énergie et chute de rendement.


Besoin en eau

Quel est le besoin en eau moyen ?

  • De 150 à 500 litres pour arroser un potager < 50 m².
  • De 500 à 1 500 litres pour arroser un jardin et un potager < 100 m².
  • De 1 500 à 3 000 litres pour arroser un jardin et laver une voiture.
  • De 3 000 à 5 000 litres pour arroser un jardin, laver une voiture et remplir un bassin.
  • De 6 000 à 9 000 litres pour l'arrosage du jardin et l'utilisation habituelle de l'habitat (toilettes, lave-linge).

Dans certains lotissements récents, il peut être demandé lors de la construction de l'habitation et selon un cahier des charges précis, de mettre en place un réseau de rétention d'eaux pluviales.
Les réservoirs seront alors d'une capacité de 4 500 à 9 000 litres.


Fonctionnement de la récupération de l'eau de pluie

Principe de fonctionnement

  • La pluie qui tombe sur la toiture de la maison est canalisée dans des gouttières reliées à une cuve aérienne (collecteur) ou à un réservoir enterré.
    Une pompe électrique permet d'acheminer l'eau de la cuve vers la maison où elle peut alimenter les sanitaires et les appareils ménagers.
    Si le circuit peut être raccordé à un osmoseur et sous réserve d'analyse chimique préalable, l'eau de pluie peut même devenir potable.

Collecteur

  • L'eau qui descend du toit circule dans la gouttière, mais avant de tomber dans le collecteur, l'eau est filtrée empêchant ainsi les salissures telles que feuilles, brindilles ou insectes de tomber dans la cuve.
    Ce filtre évite également la formation de vase et l'altération de l'eau pendant son séjour dans la cuve.
    Pour un réservoir enterré, l'eau qui provient du toit passe par un filtre automatique qui s'installe dans le sol avant la cuve à la base de la gouttière.
    Une grille amovible ou un panier permettent de filtrer l'eau. Le filtre comprend un dôme avec couvercle pour en faciliter le nettoyage.
    Lorsque la cuve est pleine, l'eau est redirigée vers le réseau d'eaux pluviales via le trop plein.
  • La mise en place d'un récupérateur d'eau pluviale est simple et rapide, facile à retirer comme à nettoyer.

    Un collecteur peut récupérer 80 à 90% de l'eau qui tombe du toit lors d'une averse.
    Il peut être utilisé comme trop plein automatique : lorsque la cuve est pleine, l'eau est ainsi refoulée dans la gouttière puis évacuée dans le réseau des eaux pluviales.

Les autres articles comprendre de Arrosage, récupération eau :